Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, malgré les circonstances dramatiques, peut se réjouir : le dernier et effroyable attentat de Nice, suite macabre d’autres tueries islamistes sur le sol européen, donne raison à sa ferme politique anti-immigration.

Orban, le Hongrois, détesté par les oligarques à la Soros et les puissances européennes, est le seul chef d’État qui s’oppose dans les faits à la vague des invasions. Une opposition qu’il n’est pas prêt de stopper.

« Les Africains devraient avoir un avenir en Afrique», a-t-il déclaré à la radio publique, commentant l’attaque terroriste de jeudi 29 octobre dernier à Nice, ajoutant que « si vous ne voulez pas céder, la seule chose que vous pouvez faire est de leur refuser l’entrée ». « Si nous ne voulons pas voir des cas comme celui de Nice, nous ne devons pas leur permettre d’entrer », a déclaré Orbán. « Mis à part les quelques-uns déjà ici, nous ne voulons pas de nouveaux entrants, surtout pas de migrants [illégaux] », a-t-il ajouté. « Les Hongrois ont vécu 150 ans avec les musulmans, ils les connaissent », aussi le gouvernement hongrois, continue-t-il « ne doit pas permettre à Bruxelles d’imposer à la Hongrie des règles en vertu desquelles nous devrions autoriser l’entrée à des personnes que nous ne souhaitons pas voir, et ensuite aller aux funérailles ».

Leçon de réalité politique…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :