Argentine – Une religieuse controversée a ouvert en Argentine une résidence pour “femmes trans” – des hommes qui choisissent de s’identifier comme des femmes. Et voilà que François vient de faire l’éloge de son travail, qualifiant ces hommes de “filles”.

Sœur Mónica Astorga Cremona, 53 ans, connue localement en Argentine sous le nom de «Nonne des Trans», a coupé le ruban d’inauguration du nouveau complexe de douze petits appartements dédiés uniquement au logement des hommes qui se prétendent femmes et de leurs partenaires.

En entendant la nouvelle, l’occupant du trône pontifical a réagi dans une communication rendue publique par la religieuse : «Chère Monica, Dieu qui n’est pas allé au séminaire ou n’a pas étudié la théologie vous récompensera abondamment. Je prie pour vous et vos filles».

«N’oubliez pas de prier pour moi. Que Jésus vous bénisse (sic) et que la Sainte Vierge prenne soin de vous », a-t-il ajouté.  

«Les sexes masculin et féminin, homme et femme, sont des réalités biologiques créées par la sage volonté de Dieu (voir Gen. 1: 27; Catéchisme de l’Église catholique , p. 369). C’est donc une rébellion contre la loi naturelle et divine et un péché grave qu’un homme puisse tenter de devenir une femme en se mutilant, ou même en se déclarant simplement tel, ou qu’une femme puisse de la même manière tenter de devenir un homme, ou de soutenir que l’autorité civile a le devoir ou le droit d’agir comme si de telles choses étaient ou pourraient être possibles et légitimes (voir Catéchisme de l’Église catholique , 2297) », déclare le document. 

Bien évidemment, par contre, le prêtre jésuite pro-LGBT,  James Martin a été ravi des paroles de félicitations de François à Sœur Monica Cremona, en disant dans un Tweet : «Wow. Le pape François envoie son soutien à une sœur catholique en Argentine qui s’occupe des femmes transsexuelles.»

Sœur Monica affirme depuis 2015 que le Pape François connaît son œuvre et qu’il la soutient. Sa relation personnelle avec l’occupant du trône pontifical remonte bien avant cela, «avant qu’il ne soit évêque», selon un rapport Crux de 2017 . 

Le Carme Déchaux affirme dans un rapport que François lui a dit dans un courriel, « le temps En Jésus, les lépreux ont été rejetés comme ça. Elles [les femmes trans] sont les lépreux de cette époque. Ne laissez pas ce travail sur la frontière qui est la vôtre.»

En 2016, François a qualifié une femme qui avait subi une opération de changement de sexe d’«homme», et l’a également mentionnée comme ayant «épousé» une autre femme et admis les avoir reçus au Vatican l’année dernière.

Image
François rencontre une femme qui a subi une opération de changement de sexe (à droite du pape) et sa “femme” (à gauche du pape).

 

Le «condominium social encadré pour les femmes trans», conçu par sœur Monica, a été construit par l’Institut provincial du logement et de l’urbanisme (IPVU) avec des fonds gouvernementaux en Patagonie argentine. Son fonctionnement a été confié aux carmélites déchaussées. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :