Comme on le dit en anglais :”It ain’t over until it’s over!”, ou “Ce n’est pas fini jusqu’à ce que ce soit fini”.  Or, le mot FIN n’a pas encore été écrit , malgré la précipitation des médias de masse à sceller le résultat volé d’élections frauduleuses de A à Z.
 
Le président Trump l’avait dit, un jour avant le basculement définitif des votes dans le camp démocrate, qu’il n’aurait de cesse que de faire éclater la vérité et de démasquer l’imposture. Seuls les votes “licites” seraient comptabilisés et ceci éliminait d’office tous ceux qui étaient arrivés par la poste après la date limite. Sa porte-parole Kailegh McEnany l’a réitéré hier soir.
 
                                                       
Mais la tricherie est allée encore plus loin, en anti-datant des lots entiers de bulletins. La supercherie, et bien d’autres formes de fraude électorale demanderont davantage de temps pour être examinées. Les contentieux concernant les résultats du votes dans 5 Etats clefs ont été portés devant la justice , qui suivra son cours. Le procureur-général William P. Barr a autorisé hier le DOJ [Department of Justice] à enquêter sur les “allégations substantielles” de fraude électorale, après avoir un peu traîné les pieds.
 
Judicial Watch, l’observatoire du respect du droit et des processus juridictionnels, a rapporté le vote de 1,8 millions d’électeurs fantômes dans 29 Etats.
Rudolph W. Giuliani, l’avocat personnel du président Trump, a noté que trois des motifs de contestation comprenaient l’antidatage des bulletins de vote postés en retard, le vote de personnes déjà décédées à la date du vote et le refus de donner accès à des observateurs républicains pour observer l’enregistrement des bulletins dans divers bureaux de vote. “Je pense que nous avons de quoi modifier le statut de la Pennsylvanie”, a déclaré M. Giuliani. 
La Pennsylvanie est l’Etat clef par excellence, car il représente 20 votes électoraux. Elle est en ce moment en ballotage, en passe de basculer à nouveau dans le camp des Républicains.
Giuliani prévoit d’intenter d’autres poursuites, qui pourraient viser entre quatre et dix États différents.
 
La Géorgie semble en voie de passer à Trump, après l’annonce du gouverneur Brian Kemp que seuls les votes légalement donnés seraient comptabilisés et les autres rejetés. Ce revirement s’est produit après que des enquêteurs aient découvert des problèmes dans l’un des bureaux de vote du Comté de Fulton.
 
                                                                       
Le président a exulté en retweetant la nouvelle avant de se faire taper sur les doigts comme un mauvais élève par les censeurs de Twitter.
D’autres nouvelles sont tombées, selon lesquelles l’avance de Joe Biden  était tombée de 17.000 à 14.746 voix après le comptage d’un nouveau ballot de bulletins dans le Comté de Maricopa, en Arizona.
 
Affaire à suivre, donc, de très près car tout bouge heure par heure.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :