Située à la pointe de la Bretagne, près de Crozon, l’abbaye de Landévennec compte aujourd’hui 18 moines bénédictins issus de la congrégation de Subiaco. Depuis sa fondation en 485, cette abbaye a traversé moultes aventures… Entre incendies et pillages, les moines n’ont pas été épargnés, mais sont encore là ! Allez en avant, Divine Box vous dit tout sur cette histoire riche en rebondissements, sans oublier bien sûr le délicieux caramel au beurre salé, la spécialité de l’abbaye…

L’abbaye de Landévennec est située près de Crozon, à la pointe de la Bretagne ©Abbaye de Landévennec

Plus d’un millénaire d’histoire
Remontons un peu l’Histoire… Nous sommes au Ve siècle. Sur l’île de Lavret, en Bretagne, vivent alors saint Guénolé et ses compagnons. Ils ont pour mission de partir fonder une abbaye, et s’installent au départ sur l’île de Tibidy, mais se retrouvent pour finir à Landévennec. Nous sommes en 485 ! Pendant des siècles, la communauté suit les usages monastiques irlandais. Ce n’est que bien plus tard, en 818, que le fils de Charlemagne, Louis le Pieux, instaure à l’abbaye de Landévennec la règle de saint Benoît. Depuis ce moment, la communauté est donc bénédictine, et elle l’est encore aujourd’hui !

L’abbaye pillée et dévastée
Mais cette nouvelle vie monastique est très vite troublée. En effet, en 913, l’abbaye est pillée et dévastée par des Vikings scandinaves. Ces derniers obligent les moines à s’exiler… Mais heureusement, les moines parviennent à emporter dans leur fuite tous les vieux manuscrits de l’abbaye, ainsi que les reliques de saint Guénolé ! Après leur exil, les moines reviennent à l’abbaye en 940 : tout est à refaire ! Ils mettent la main à la pâte, et les voilà lancés dans la construction d’une abbaye au style roman. La période est florissante, et les moines reçoivent de nombreux dons. Mais malgré ça, le climat marin reste rude, et tous les deux siècles les moines sont obligés de restaurer les bâtiments… !

Ruines de l’ancienne abbaye ©Abbaye de Landévennec

Attaques à Landévennec : et de deux !
Bien que les moines aient pu connaître une vie paisible pendant quelques siècles après l’attaque des Vikings, rebelote au XVIIIe siècle. La Révolution détruit complètement l’abbaye, les moines sont de nouveau exilés, et les bâtiments sont vendus comme biens nationaux.
Mais heureusement, en 1875, l’abbaye reprend vie et les moines peuvent revenir, grâce au Comte de Chalus qui rachète les bâtiments. C’est d’ailleurs lui qui y installe un jardin exotique ! Et en plus, le monastère bénédictin de Kerbénéat, qui se trouve non loin de là, propose d’aider les moines à restaurer l’abbaye de Landévennec !

Aujourd’hui, les moines se réunissent sept fois par jour dans l’église abbatiale pour prier ©Abbaye de Landévennec

Et aujourd’hui ?
Aujourd’hui, la communauté de Landévennec compte dix-huit moines bénédictins, qui suivent toujours la règle de saint Benoît, fondée sur la prière et le travail. Ils font partie de la congrégation de Subiaco. Le premier office de la journée commence ainsi à 5h20, et six autres offices ont lieu ensuite jusqu’au coucher. Entre ces offices, les moines consacrent leur temps au travail manuel : fabrication de pâtes de fruits, confection de caramel au beurre salé, entretien du verger, vente de cidre… Rien que ça !

Pâtes de fruits de l’abbaye de Landévennec ©Abbaye de Landévennec

Et pour se rendre sur place ?

Vous pouvez, bien sûr, aller directement sur place ! Que ce soit pour leur faire un simple coucou, pour participer à quelques offices, ou pour vous reposer quelques jours, les moines sauront vous accueillir comme il se doit, dans cette belle abbaye au bord de la mer… (hors période de Covid) ! Pour ça, voici l’adresse de l’abbaye : Abbaye Saint-Guénolé, Rue Gorrequer, 29560 Landévennec.

Sinon, vous pouvez aussi cliquer ici pour acheter en ligne les produits de l’abbaye de Landévennec (vous serez redirigés sur la boutique monastique en ligne de Divine Box).

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

MPI vous conseille ce livre :