La mémoire des archives pour faire la chronique d’un déni, celui de l’islamisme radical.

Après le terrible assassinat par décapitation en pleine rue du professeur d’Histoire-Géographie Samuel Paty par un Tchéchène musulman réfugié en France, Abdoullakh Anzorov, les pleureuses sont de retour, les petites bougies falottes sur le lieu du crime et les incantations divinatoires pour détourner le mauvais sort, un mauvais sort qui porte un nom : islam.

Traité de raciste, d’extrémiste de droite, de fou, diabolisé sur tous les plateaux télé et dans la classe politique politicienne, ceinturé par un cordon sanitaire, Jean-Marie Le Pen évoquait ouvertement le danger.

Extrait d’un entretien télévise datant de 1989. Tout est dit. Les pleureuses d’aujourd’hui, qui ne sont que les diabolisateurs d’hier et de maintenant, n’ont qu’à aller faire repentance pour leur criminelle politique immigrationniste. C’est elle qui a armé le bras du terroriste !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :