Grèce – Le lundi 4 janvier, le Premier ministre grec conservateur Kyriakos Mitsotakis a nommé Makis Voridis ministre de l’Intérieur et Sofia Voultepsi ministre adjointe à l’intégration des réfugiés. Il n’en fallait pas plus pour que diverses associations en faveur des immigrés s’indignent.

Et pourquoi cette indignation d’associations qui n’agissent même pas en Grèce ? Parce que ces deux nouveaux ministres ont des positions qui vont à l’encontre de la politique de grand remplacement promue par les institutions européennes.

Makis Voridis, en octobre 2019, au moment de l’approbation par le Conseil des ministres d’une nouvelle législation sur l’asile en Grèce, avait déclaré à la radio qu’une majorité des personnes entassées dans les îles de la mer Égée n’étaient que “des clandestins (…) n’ayant en fait aucune raison et donc aucun droit de demander une protection humanitaire”. Quelle audace ! Mais déjà insupportable pour les multiculturalistes.

Quant à Sofia Voultepsi, ancienne journaliste et députée du parti conservateur Nouvelle Démocratie depuis 2004, elle avait qualifié les immigrés débarquant sur les plages de Grèce “d’envahisseurs non armés”.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :