En conflit direct avec les restrictions relatives aux coronavirus imposées par leur gouvernement, les propriétaires de restaurants et de bars en République tchèque ont décidé, à l’exemple de ce qui s’est fait en Italie, de rouvrir leurs portes au public.

Les restaurants et cafés tchèques sont fermés depuis octobre, avec une brève réouverture pendant la période de Noël. Le non-respect des restrictions actuelles peut faire encourir aux propriétaires des restaurants et cafés des amendes allant jusqu’à 20 000 couronnes tchèques (environ 950 euros).

De nombreux propriétaires de restaurants et cafés, mécontents, se sont regroupés pour créer le mouvement Chcipl PES , un groupe de protestation contre les restrictions en République tchèque. Le groupe ne nie pas les risques associés au COVID-19, mais considère que les confinements sont responsables de conséquences bien plus négatives.

Jiri Janecek, co-fondateur du groupe, gère une brasserie et un restaurant à Jince, en République tchèque, et a déclaré : «Nous (le groupe) sommes déçus par le gouvernement depuis longtemps et nous voulons montrer qu’il a choisi la mauvaise direction.”

Un autre membre, Martin Macek, s’est adressé à la presse locale, expliquant pourquoi il s’oppose aux restrictions. “J’ai rejoint le mouvement de protestation parce que je pense que l’ordre du gouvernement et ce qu’il nous fait depuis cinq mois est infondé”, a-t-il dit. “On peut voir que le nombre de malades continue d’augmenter, alors que les restaurants ont été fermés depuis octobre. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

MPI vous conseille ce livre :