Il y a quelques jours, une interview a été diffusée sur Canale5 dans laquelle Jorge Mario Bergoglio est apparu dans le rôle inhabituel de sponsor des compagnies pharmaceutiques. Nous l’avions déjà vu dans le rôle de politicien, de syndicaliste, de promoteur d’une immigration incontrôlée, de partisan de l’accueil des immigrants illégaux et de philanthrope. Dans toutes ces métamorphoses, ce qui a toujours émergé, parallèlement à sa capacité à se retirer totalement de son rôle institutionnel, c’est le caractère polyédrique de l’Argentin, qui, nous le découvrons aujourd’hui, est aussi le promoteur de compagnies pharmaceutiques, un partisan convaincu des vaccins et une pom-pom girl zélée de ceux qui, depuis un an, utilisent Covid comme un moyen de contrôler les masses et d’imposer le Grand Reset souhaité par le Forum économique mondial.

Le fait que le vaccin ne donne aucune garantie d’efficacité, mais peut plutôt induire des effets secondaires graves; le fait que, dans certains cas, il a été produit à partir de cellules prélevées sur des fœtus avortés, et est donc absolument inconciliable avec la morale catholique; le fait que le traitement au plasma hyper-immunitaire ou avec des protocoles alternatifs soit boycotté malgré les preuves de leur efficacité — tout cela signifie peu pour le nouvel « expert » qui, sur la base d’une compétence médicale absolument nulle, recommande maintenant le vaccin aux fidèles tout en utilisant son autorité souveraine pour exiger des citoyens du Vatican qu’ils se soumettent à un traitement douteux au nom d’un « devoir éthique » non spécifié. La sombre salle d’audience Paul VI a été choisie de façon emblématique comme temple pour célébrer ce nouveau rite sanitaire, officié par les ministres de la religion covidienne afin d’assurer, certainement pas le salut des âmes, mais plutôt la promesse illusoire de la santé pour le corps.

Il est déconcertant qu’après avoir démoli sans scrupules un petit nombre de vérités catholiques au nom du dialogue avec les hérétiques et les idolâtres, le seul dogme auquel Bergoglio n’est pas prêt à renoncer est celui de la vaccination obligatoire — rappelez-vous, un dogme qu’il a lui-même défini unilatéralement sans aucun processus synodal ! — un dogme devant lequel on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait au moins un minimum de prudence, si ce n’est dicté par la cohérence morale, puis au moins par scrupule utilitaire. Parce que tôt ou tard, lorsque les effets du vaccin sur la population seront visibles, quand ils commenceront à compter les décès qu’il a causés et combien de personnes ont été mutilées à vie par un médicament qui est encore en cours d’expérimentation, quelqu’un demandera à ceux qui étaient de convaincus promoteurs du vaccin de rendre des comptes.

Bien sûr, dans l’église bergoglienne, la concubinage de fait peut être légitimée avec Amoris Lætitia, au point qu’Avvenire parle aujourd’hui de « parentalité LGBT » avec la facilité d’une brochure de propagande de genre; un rite idolâtre adorant la Terre Mère peut être célébré dans le détournement de saint Pierre au profit de l’environnementalisme malthusien; la question du sacrement des ordres saints peut être modifiée, conférant des ministères aux femmes; la peine de mort peut être déclarée immorale tout en gardant le silence sur l’avortement; La communion peut être administrée aux pécheurs publics tout en la niant à ceux qui souhaitent la recevoir sur la langue afin de ne pas commettre de sacrilège; et l’accès à la salle de classe peut être refusé aux élèves catholiques qui ne sont pas vaccinés, comme cela s’est déjà produit en Irlande. Et pourtant, ces falsifications flagrantes de la doctrine catholique — dans une parfaite continuité idéologique avec la révolution conciliaire — s’accompagnent de la profession de foi ferme et inébranlable dans une « science » qui frise l’ésotérisme et la superstition. D’un autre côté, quand vous arrêtez de croire en Dieu, vous pouvez croire n’importe quoi.

Ainsi, si pour Bergoglio appartenant à l’une des Eglises du Christ par le baptême est finalement superflu pour le salut éternel d’une âme, le rite initiatique du vaccin est proclamé ex cathedra indispensable à la santé physique de l’individu, et en tant que tel il est présenté comme nécessaire. S’il est possible de mettre de côté la vérité révélée au nom de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux, il n’est pas non plus licite de remettre en question les dogmes de Covid, la révélation faite par les médias sur la pandémie, et le sacrement salvifique du vaccin. Et si, avec Fratelli Tutti, la fraternité universelle peut être promue en dehors de la foi dans le Seul Dieu Vivant et Vrai, aucun contact n’est permis avec les soi-disant « deniers » — une nouvelle catégorie de pécheurs à éviter — qui doivent être punis comme hérétiques par l’inquisition de la santé et l’excommunication médiatique afin d’être bannis du troupeau. « Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cet enseignement, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez pas », prévient Saint John (2 jn 10). Bergoglio a dû mal comprendre, et donc il salue et embrasse les avorteurs et les criminels, mais il ne se contamine pas avec des« anti-vaccins ».

Dans le délire cérémoniel grotesque, il ne manque même pas la Note de la Congrégation Sacrée pour le Culte Divin, qui, avec un mépris total de l’absurde, promulgue même en boitant des instructions latines sur la façon d’imposer les Cendres Sacrées :« Deinde sacerdos abstergit manus ac personam ad protegendas nares et os induit [Alors le prêtre se lave les mains et met le masque pour protéger son nez et sa bouche]. » La purification des mains avec détergent et l’utilisation d’un masque sont scientifiquement inutiles mais symboliquement nécessaires à la transmission de la foi exprimée par le rite. Et c’est précisément en cela que nous comprenons à quel point l’ancien adage de Prosper d’Aquitaine est vrai et valide «Lex orandi, lex credendi», selon lequel la manière dont on prie reflète ce que l’on croit.

Quelqu’un objecte, dans une tentative pieuse d’éviter l’effondrement total de la papauté effectué par Bergoglio, que les opinions exprimées par lui sont et restent précisément des opinions, et qu’il n’y a donc aucune obligation pour le catholique de se soumettre à un vaccin que sa conscience et sa morale naturelle démontrent immoral. Mais le nouveau « magistère papal » a été explicite sur Canale5 , tout comme, dans l’avion pontifical, le dogme LGBT a été installé avec « Qui suis-je pour juger? », et tout comme ce fut le cas dans une note de bas de page d’Amoris Lætitia  sur l’indissolubilité du mariage qui a été niée au nom de la pratique pastorale.

Les catholiques, illuminés par le sensus fidei qui leur suggère instinctivement ce qui se heurte à la foi et à la morale, ont déjà compris que le rôle du vendeur d’approvisionnement en soins de santé n’est qu’un des nombreux rôles joués par le Bergoglio polyédrique. Le seul rôle qu’il s’obstine à ne pas vouloir remplir — en raison de son incapacité flagrante, de son impatience innée, ou même de son choix délibéré dès le début — est le rôle de Vicaire du Christ. Ce qui, pour le moins, révèle les points de référence de l’Argentin, l’idéologie qui l’inspire, les objectifs qu’il se fixe, et les moyens qu’il entend utiliser pour les atteindre.

+ Carlo Maria Viganò, Archevêque

Le 14 janvier 2021

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :