Nouvelle-Zélande – La dictature sanitaire s’étend. Le gouvernement néo-zélandais a annoncé que tous les citoyens infectés par le COVID-19, et peut-être leurs proches parents, seront emmenés et placés dans des «installations de quarantaine» obligatoires.

Cette décision «montre à quel point nous sommes sérieux dans la limitation de tout risque de transmission continue – même dans l’auto-isolement et y compris à d’autres personnes dans le ménage», a déclaré le directeur général de la santé, le Dr Ashley Bloomfield, lors d’une conférence de presse, rapporte NewsHub 

Auparavant, le gouvernement avait exigé que les personnes qui avaient contracté le coronavirus s’auto-isolent chez elles, seuls les voyageurs entrant dans le pays devant s’isoler dans un «isolement géré» (si asymptomatique) ou dans des installations de quarantaine (s’ils présentent des symptômes). Mais les responsables vont maintenant plus loin en réponse au diagnostic du virus de quatre membres d’une famille du sud d’Auckland, brisant la série de 102 jours d’absence de nouvelle transmission communautaire dans le pays.

Les installations elles-mêmes se composent de 32 camps à travers le pays, dont 19 à Auckland. Les repas sont livrés dans les chambres des résidents. Les règlements pour les déplacements à l’extérieur des pièces individuelles varient d’un endroit à l’autre, mais exigent des masques faciaux.

Comme beaucoup d’autres pays, la réponse de la Nouvelle-Zélande au COVID-19 a soulevé des inquiétudes concernant les libertés civiles, en particulier en gardant les églises fermées tout en permettant aux entités laïques de rouvrir. En mars, les législateurs ont également voté pour dépénaliser l’ avortement.

Alors que de nombreux journalistes ont présenté la Nouvelle-Zélande comme un modèle de réussite, le journaliste Jordan Schachtel soutient que la vérité est toute autre.

«Le tourisme a été annulé indéfiniment», écrit Schachtel. «La Nouvelle-Zélande ne peut même pas accepter les visiteurs de l’Australie voisine. Le tourisme est une industrie importante en Nouvelle-Zélande. Il représente 6% du PIB et 8,4% de la main-d’œuvre du pays, soit 230 000 Kiwis employés dans l’industrie du tourisme […] Les gens sont de plus en plus pauvres. Le pays est entré en récession en juin. Un nouveau rapport sur l’emploi a révélé qu’en plus des 4% de la main-d’œuvre qui ne peuvent pas trouver un emploi, quelque 346 000 Kiwis sont sous-employés. »

Pendant ce temps, poursuit-il, «la Nouvelle-Zélande ne semble pas avoir de vision définie sur la façon dont elle traitera le coronavirus. Les responsables semblent miser sur un vaccin répandu avec une efficacité sans précédent pour les protéger du virus. »

«Lorsque la Nouvelle-Zélande rouvrira ses portes, le virus continuera à circuler dans le monde entier et une grande partie de la population sera inévitablement confrontée à un risque d’infection», se lamente Schachtel. «La Nouvelle-Zélande a temporairement protégé ses 4,8 millions de citoyens du virus, mais à un coût énorme qui va faire reculer les Kiwis pendant des années

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

MPI vous conseille cette revue :