L’organisation de la procession en l’honneur de l’Immaculée Conception n’ayant pu se faire (la faute à Covid…), les catholiques angevins se sont retrouvés pour réciter un chapelet, entrecoupé de chants, au pied de la cathédrale (reportage photos ici sur MPI.) La préfecture a bien essayé de nous intimider, mais grâce aux conseils et à l’aide de Civitas nous sommes passés outre, pour l’honneur de Notre-Dame ! Récit d’un participant :

« La tyrannie sanitaire que nous subissons ne nous permettant pas d’organiser notre traditionnelle procession du 8 décembre, nous avons dû cette année nous adapter. Il a donc été décidé d’organiser un chapelet public médité, flambeau à la main, feuille de chant de l’autre. L’honneur de l’Immaculée Conception ne pouvait souffrir que l’on restât chez soi ce jour-là.

Cependant, cette initiative n’était pas du goût de la préfecture auprès de laquelle nous avions déposé une déclaration de manifestation à caractère religieux. Ainsi avons-nous reçu, la veille de l’évènement, un appel téléphonique des autorités publiques tentant d’interdire le chapelet, sous prétexte que seules les manifestations revendicatives étaient autorisées. Nous avons répondu que les référés des tribunaux administratifs de Clermont et de Paris déposés par Civitas faisaient jurisprudence dans ce domaine et que les manifestations religieuses pouvaient autant respecter les mesures sanitaires en vigueur que les grandes surfaces. Un des organisateurs s’est donc rapproché de Civitas pour prendre conseil : la préfecture reçut le soir même un rappel des lois autorisant cette manifestation, de la part du comité juridique de Civitas. Depuis, nous n’avons plus entendu parler d’aucune interdiction et le chapelet médité s’est déroulé sans incident.

Trois Pères et deux frères de la communauté des Dominicains d’Avrillé étaient là pour diriger la prière et rappeler le sens de notre action : d’abord honorer la Sainte Vierge, ensuite prier pour la France, afin qu’elle redevienne la fille aînée de l’Eglise, de fille aînée de la Révolution qu’elle est aujourd’hui. Nous avons tout spécialement prié pour que le projet de loi contre l’école à la maison ne soit pas voté au conseil des ministres le lendemain 9 décembre.

Combien étions nous ? Mystère… Mais peu importe. La ferveur est préférable au nombre. Rendons grâce à Dieu de nous avoir permis une fois de plus de louer sa Sainte Mère. Grand merci aux catholiques angevins d’avoir répondu présent, au Prieuré de Gastines d’avoir relayé l’information, aux frères d’Avrillé pour leur soutien spirituel, à Civitas qui nous a encouragé et soutenu, et à tous les organisateurs.

Christus vincit ! »

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

MPI vous conseille cette revue :