Nelson Mandela, le communisme, le racisme et le terrorisme…

mandela-slovo-MPI

Quel concert unanime de louanges ! Mandela ce héros, par-ci. Mandela ce sage, par-là. Litanie de déclarations de chefs d’état parlant d’une seule voix. Micro-trottoir visant à démontrer que la planète entière est en deuil. Quantité de nations mettant leurs drapeaux en berne plus vite que lorsque meurt un de leurs soldats…

Alors, faisons œuvre de mémoire. Nelson Mandela adhère à l’ANC en 1944 et en devient rapidement un meneur puis le président. Il commença par former une alliance avec les Blancs du parti communiste sud-africain afin de chercher à renverser le régime. A cette époque, le communisme est une réalité sanglante et tyrannique qui s’étend sur différents continents.

Celui que l’on nous présente comme un Gandhi africain et un chantre de la non-violence n’a pourtant pas hésité à créer en 1961 le MK, la branche armée de l’ANC, chargée de missions de sabotage, de guérilla et d’attentats à la bombe. Ce qui s’accompagna plus tard de viols et de meurtres.

Mandela et ses hommes du MK iront notamment s’entraîner en Algérie auprès des experts du FLN.

Entre 1961 et 1963, pas moins de 190 actions terroristes avaient été revendiquées par la branche armée de l’ANC. Ce n’est donc pas un hasard si Mandela fut envoyé en prison.

Mandela-Castro-MPI

Brisons un autre mythe : l’ANC de Mandela se battant pour la défense des Noirs.

L’ANC communiste reposait sur des Noirs déracinés des townships. Et vouait une haine féroce à d’autres Noirs : les Zoulous, peuple enraciné vivant à l’écart selon ses coutumes et représente par l’Inkhata.

L’ANC exerçait son pouvoir sur les Noirs par la force. Pendant l’emprisonnement de Nelson Mandela, sa seconde épouse prénommée Winnie (dont il divorcera en 1996) voulut profiter de l’aura de son époux pour s’enrichir et régner par intérim sur l’ANC. Elle rendit célèbre une monstruosité appelée le « supplice du collier » et qui consistait à placer un pneu enflammé sur les épaules d’un Noir considéré fautif ou traître et souvent simplement pas assez servile devant Winnie Mandela.

South_Africa_supplice-collier-MPI

(photo : le supplice du collier, méthode utilisée par l’ANC)

Enfin, on entendra des bonnes âmes répéter docilement cette pensée unique : c’est grâce à Mandela que les différentes races vivent aujourd’hui en paix en Afrique du Sud. Ici-encore, la réalité est bien différente. Le chant de l’ANC, si souvent chanté par Mandela bien après sa libération et son prix Nobel, a des paroles explicites : « tuons les Blancs ». Ce ne furent pas que des mots. Bien des familles de fermiers afrikaners ont été les victimes d’horribles attaques meurtri ères d’une barbarie sans nom.

Tout cela, les bons médias du système ne vous en diront rien.

mandela-communiste-MPI

6 Commentaires

  1. Lars dit :

    Oui, assurément, c’est une œuvre de mémoire qui a le mérite d’être honnête et objective. Rappelons aussi que le gouvernement toujours en place en Afrique du Sud, continue de persécuter les Blancs. Les médias communs n’en parlent évidemment pas, et donc si peu de personnes s’en inquiètent. Le silence, ici et bien souvent, a vraiment le goût du mensonge, et il est nettement coupable.

  2. Rosme dit :

    Merci pour cet article de mise au point.
    Quand un concert unanime de louanges est rendu par les média et le monde politiquement correct, on peut sans se tromper croire à un grand mensonge.

  3. Maxi dit :

    Donc d’après toi Nelson Mandela est un monstre sans cœur qui à dirigé une faction terroriste visant à exterminer les blancs en Afrique du sud (grosso modo c’est ce qui ressort de ton texte).Je ne demande qu’à te croire mais comment explique tu qu’une telle aura existe autour de Mandela alors ?

Laisser un commentaire